Ravintsara et Pranayama, synergie de saison.

Woman in Yoga pose in front of treePour renforcer son immunité et lutter contre la fatigue et les infections l’Huile Essentielle de Ravintsara est incontournable en Aromathérapie, tout comme l’est le Pranayama (contrôle du souffle) en Yoga.

Gros plan sur l’Huile Essentielle de Ravintsara :

Le Cinnamomum Camphora (nom latin) est originaire de Madagascar, c’est un arbre de la famille des Lauraceae d’une vingtaine de mètre de haut spécifique des forêts humides, sa feuille est distillée pour obtenir l’huile essentielle, elle contient principalement (65 %) du 1,8 cinéole (également appelé eucalyptol car cette molécule est majoritairement présente dans les eucalyptus : environ 70 %  pour le globulus et le radiata et jusqu’à 90 % pour le polybractea).

Propriétés et indications thérapeutiques :

  • Excellent Antiviral (grippe, bronchiolite, herpès, zona,…)
  • Anti-infectieux et immunostimulant : affections des voies respiratoires (ORL, bronchite)
  • Expectorant
  • Neurotonique et stimulant : rééquilibrant en cas de fatigue nerveuse ou physique, redonne confiance en soi
  • Décontractant musculaire

Modes d’utilisation :

  • voie cutanée diluée (dans de l’huile végétale) ou pure (adulte, une goutte) sur un bouton d’herpès, sur le poignet ou dans le creux de la main (immédiatement après frotter vigoureusement les 2 mains ensembles et respirer profondément avec le nez)
  • Diffusion atmosphérique
  • Inhalation

Demandez conseil auprès d’une personne formée en aromathérapie.

Attention ! Ne pas confondre avec Ravensare (espèce très différente qui n’a pas les mêmes propriétés et qui est plus toxique)

L’huile Essentielle de Ravintsara est très bien tolérée et peut être utilisée chez les enfants (pour les plus jeune prenez conseil auprès d’un professionnel), sa teneur en 1,8 cinéole étant moindre que celle des eucalyptus le risque de toxicité est peu présent, les épileptiques éviteront une prise importante et régulière.

Le Pranayama :

C’est le contrôle du souffle grâce à des techniques issues du Yoga (allongements, rythmes, rétentions, alternances), respirer c’est vivre ! Mais notre mode de vie occidental déstabilise notre respiration physiologique qui devient rapide, superficielle, saccadée, courte et limitée, en Inde il est dit que l’être incarné naît avec un nombre déterminé de respirations et que celui qui respire rapidement et s’essouffle meurt plus vite que celui qui respire lentement savourant chaque souffle…

Il existe de nombreuses techniques pour apprendre, ou réapprendre, à respirer calmement, lentement et profondément en Yoga.

Le souffle et l’énergie sous intimement liés, notre façon de respirer induit une circulation et une diffusion énergétique particulière, avec le Pranayama on cherche à allonger le souffle et on pratique des suspensions (poumons pleins ou poumons vides), on peut également respirer en alternant narine droite et narine gauche, dans la très grande majorité des cas la respiration se fait uniquement par le nez, et idéalement au grand air…

Cela permet d’absorber une grande quantité d’air et d’énergie vitale, de mieux oxygéner les cellules et d’harmoniser les fonctions du corps, d’assainir l’organisme et de le renforcer, l’énergie circule mieux et le mental est apaisé car l’attention sur le souffle permet de bloquer les pensées discursives.

Technique expliquée : Kapalabhati

« Kapala » signifie crâne et « bhati » ce qui donne de l’éclat, splendeur, c’est le nettoyage du crâne ou plus précisément des cavités nasales.

Ce pranayama purifie, il est recommandé de le pratiquer quotidiennement, en préparation il est préférable de se laver le nez avec de l’eau salée, vous pouvez inhaler de l’H.E. de Ravintsara pour dégager les voies respiratoires et accentuer la purification : 1 goutte sur un mouchoir ou dans les mains avant de les frotter (attention aux yeux !), ceci n’est pas une tradition du Yoga mais ça permet une bonne synergie !

La pratique consiste à expirer puissamment, brusquement, et, rapidement en chassant l’air par les narines comme pour se moucher plusieurs fois d’affilé, l’inspiration est passive sans pause, à chaque expiration le ventre rentre accompagnant ainsi le diaphragme qui remonte physiologiquement, la respiration est rythmée sur une cadence rapide 1-2, 1-2, 1-2, …(expir sur chaque 1), commencer par une vingtaine d’expirations puis augmentez progressivement, à la fin d’une série prenez une grande inspiration et tenez le souffle le plus longtemps possible en portant votre conscience dans l’espace inter-sourcilier : Ajna Chakra et en récitant mentalement Om, puis expirer lentement et reprenez pour une série, les temps et le nombre de série dépendent de l’expérience.

Je vous souhaite une belle et lumineuse pratique !

Véronique Guédon